CRAZY BEYONCÉ

Bienvenue sur Crazy Beyoncé. Bonne visite !

M.I.A - Nouvel album en préparation

KEY9481
KEY9481
Admin
Admin

Masculin
Messages : 27278
Age : 27
Localisation : nowhere.
Réputation : 265
Points : 42500
Date d'inscription : 27/09/2008

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par KEY9481 le 27/04/11, 08:14 pm

J'adore !
Kevin
Kevin
Modérateur
Modérateur

Masculin
Messages : 4283
Age : 30
Localisation : Paris
Réputation : 52
Points : 6358
Date d'inscription : 28/03/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Kevin le 27/04/11, 08:19 pm

j'aime beaucoup, sympa l'idée.
Lambert
Lambert
Destiny Fulfilled

Masculin
Messages : 8837
Age : 27
Localisation : Valençay
Réputation : 20
Points : 13059
Date d'inscription : 13/06/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Lambert le 27/04/11, 08:38 pm

J'aime beaucoup, l'idée est super je trouve aussi !
riri-fenty-knowles
riri-fenty-knowles
Single Lady

Féminin
Messages : 165
Age : 24
Réputation : 0
Points : 219
Date d'inscription : 27/04/2011

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par riri-fenty-knowles le 27/04/11, 10:29 pm

Jaime pa !
MrsCrazyB
MrsCrazyB
Crazy in Love

Féminin
Messages : 657
Age : 32
Réputation : 3
Points : 1271
Date d'inscription : 22/04/2011

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par MrsCrazyB le 27/04/11, 10:36 pm

pourquoi tu n'aimes pas riri-fenty-knowles ?? :P

je trouve aussi l'idée très originale, j'aime bien
riri-fenty-knowles
riri-fenty-knowles
Single Lady

Féminin
Messages : 165
Age : 24
Réputation : 0
Points : 219
Date d'inscription : 27/04/2011

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par riri-fenty-knowles le 27/04/11, 10:37 pm

cst du deja vue!
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 27/04/11, 10:37 pm

J'adore! Kitchissime à souhait mais pas le genre de kitch que je support pas parfois (cf kylie minogue) !
On The Floor
On The Floor
Kitty Kat

Masculin
Messages : 45
Age : 30
Réputation : 0
Points : 67
Date d'inscription : 27/04/2011

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par On The Floor le 27/04/11, 10:39 pm

Elle ser a rien celela.
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 27/04/11, 10:49 pm

:roll:
On The Floor
On The Floor
Kitty Kat

Masculin
Messages : 45
Age : 30
Réputation : 0
Points : 67
Date d'inscription : 27/04/2011

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par On The Floor le 27/04/11, 10:58 pm

Un problaime run the flop ?
-Nelson-
-Nelson-
Naughty Girl

Masculin
Messages : 326
Age : 31
Réputation : 3
Points : 731
Date d'inscription : 02/10/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par -Nelson- le 27/04/11, 11:10 pm


J'adore M.I.A, en voilà une artiste avec de l'originalité, qui fait son chemin sans pomper de partout et apporte un vrai truc à la musique contemporaine. Ses 3 albums sont excellents, sans parler des mixtapes, j'aime particulièrement Kala.
Une vraie de vraie cette M.I.A, une authentique, qu'on aime ou pas on ne peut pas lui reprocher de faire de la soupe banale surestimée.
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 27/04/11, 11:29 pm

Nelson tu devrais poster beaucoup plus. Ce soir tu dois être le seul que j'apprécie vraiment lire. :D
KEY9481
KEY9481
Admin
Admin

Masculin
Messages : 27278
Age : 27
Localisation : nowhere.
Réputation : 265
Points : 42500
Date d'inscription : 27/09/2008

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par KEY9481 le 27/04/11, 11:36 pm

Run The World (GIRLS) a écrit:Nelson tu devrais poster beaucoup plus. Ce soir tu dois être le seul que j'apprécie vraiment lire. :D

Ah bah, ça, c'est dit.
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 27/04/11, 11:43 pm

Rien de méchant ce soir on est tous en mode bitchie. Lui est super constructif puis c'est vraiment sympa de le lire. :D
-Nelson-
-Nelson-
Naughty Girl

Masculin
Messages : 326
Age : 31
Réputation : 3
Points : 731
Date d'inscription : 02/10/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par -Nelson- le 28/04/11, 01:31 am

Merci Youss c'est sympa! :D
Je suis légèrement asocial virtuellement, posteur refoulé un peu, mais pas psychopathe pour autant, sauf quand on s'attaque à Bee sans arguments valables. :Geneviève:

Iceberg
Iceberg
Modérateur
Modérateur

Masculin
Messages : 5492
Age : 26
Localisation : Paris
Réputation : 33
Points : 7091
Date d'inscription : 04/11/2008

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Iceberg le 30/04/11, 01:26 pm

M.I.A a posté sur Twitter le making-of de la version jamais sortie de XXXO :



JE VEUX LE CLIP ! :FUCK U:
-Nelson-
-Nelson-
Naughty Girl

Masculin
Messages : 326
Age : 31
Réputation : 3
Points : 731
Date d'inscription : 02/10/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par -Nelson- le 30/04/11, 06:10 pm

J'espère qu'on verra ce clip un jour!

Si ça vous intéresse, voici une longue interview qu'elle a donné au magazine français VoxPop l'été dernier, à l'occasion de la sortie de /\/\/\Y/\:


M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Miavoxpop


Peut-on être l’agit-prop qui casse les couilles des censeurs et recevoir les vannes de ceux qui voient en vous une diva électro pop capricieuse ? Cette problématique existe chez Mathangi « Maya » Arulpragasam alias M.I.A. Sauf que la jeune femme vaut mieux que ce raccourci. Passionnante, bavarde, touchante et surtout terriblement entière. Peut être trop pour un milieu qui n’a pas intégré le fait que la grande pop star des années 2000, viendra, forcément, du Tiers Monde. Sri Lanka, géopolitique, terrorisme, maternité, « Slumdog Millionnaire » et la sale peur occidentale d’un monde métissé : entretien en forme de traité d’anarchie à l’usage des jeunes générations.


Maintenant que vous gérez votre propre label (N.E.E.T Recordings) dans quel état vous mettez-vous par rapport au cumul des mandats?

Là, je suis assez concentrée dans un trip «Black Styles». Tous mes musiciens viennent de Baltimore. Rye Rye, Blaqstarr. Bon, Sleigh Bells vient de Brooklyn. D’ailleurs sa musique s’est goupillée de manière hystérique. Il était dans un groupe hardcore avant de devenir un croisement entre du R&B et du Metal. Mais Blaqstarr, lui, est totalement différent. Il vient du quartier. Il est beaucoup plus talentueux. Attendez merde, ce n’est pas très sympa de dire ça. Mais il est comme ce mec (Daniel Jonhston, dont on lui a montré la tronche en couverture du VoxPop 13, ndlr), il a un comportement totalement autiste. Il est déconnecté de la société à cause de son incapacité à communiquer. Il ne peut pas fonctionner dans un schéma… normal. C’est notamment hyper difficile pour moi de communiquer avec lui et tout. Et ça finit généralement par des menaces de mort. C’est extrême. Le mec, je lui dis « Je n’ai pas aimé ce mix », il me répond « Putain, tu vas mourir. Je vais venir chez toi avec un flingue et ton bébé va mourir aussi ». Là je suis un peu obligée de la calmer « Arrête de flipper, c’est juste un petit souci de machin… ». Parfois ce n’est pas simple d’être celle qui gère le label. Surtout quand tu as la double casquette. C’est carrément tordu d’être The Dude. D’être « le mec » du label. Franchement, à certains moments on ressemble au label Death Row (mythique label du rap gangsta, ndlr) et on n’a même pas encore sorti un album.


Raconté comme ça, ça doit être sympa à gérer.

C’est le bordel permanent, pendant que je fais de la promo en France, je dois aussi m’arranger pour que les mecs ne s’entretuent pas là-bas. Heureusement, quand il ne reste que la musique à la fin, le résultat est magnifique.


Quand vous étiez plus jeune et que vous avez commencé à écouter de la musique, qu’est-ce qui vous a attirée en premier lieu : les artistes à caractère bien trempé ou les mélodies ?

J’ai grandi avec les figures de rappeurs à la marge et souvent scandaleux. J’ai commencé à m’en détourné ensuite quand ils se sont orientés vers le côté businessmen. Je n’aime pas les entrepreneurs obnubilés par le blé. C’est devenu ennuyeux. En ce sens, je suis assez séduite par le modèle culturel Jamaïcain. Les Jamaïcains considèrent que le succès se mesure uniquement à la capacité de pouvoir rester soi-même. Alors que le rappeur va surtout juger sa réussite par rapport à l’argent, ses biens et son statut dans sa communauté. Je préfère amplement la vision Jamaïcaine.


Vous avez des exemples ?

Oui, il y a Super Cat. Quand je grandissais, c’était l’artiste Jamaïcain le plus influent et on l’écoutait tous les jours à la maison. Et il aurait pu devenir aussi connu que Sean Paul ou Shabba Ranks. Mais il est toujours resté lui-même. Il n’a pas changé. Il n’a jamais eu de manager. Il faisait ses interviews avec un flingue dans le pantalon. Il en avait rien à battre. C’était toujours vraiment… il était réel, quoi. Il ne voulait pas quitter sa maison, sa ville. J’aime bien cette façon de penser. C’est un bon antihéros. Et il y a aussi Iwan, qui pourrait être notre Bob Marley. Mais il a préféré devenir fermier. Bon choix.


Pensez-vous que cette forme d’authenticité serait encore possible en 2010, avec tout le cirque médiatique qui peut entourer les artistes ?

Je pense beaucoup à Iwan parce qu’on a fait un concert ensemble à New York, et sur scène, il était en plein flip. Il ne voulait parler à personne. Il préférait juste écouter le vent. C’est ce qu’il a dit. Il a peur de la corruption que le système et l’industrie impliquent inéluctablement. Il veut conserver sa pureté. Et c’est ce qui est important, préserver cette forme d’innocence. Mais aujourd’hui, il est impossible de tomber sur ce mec que vous avez mis en couverture de votre magazine, Daniel Jonhston. Aujourd’hui tu as besoin d’internet pour promouvoir ta musique, tu dois traverser plein de merdes. Et ça t’influence toujours un peu.


Quand vous sortez le clip de « Born Free », tout le monde hurle au buzz commercial. En 1979, au temps de The Clash, les gens auraient dit « Ok, ce clip est punk ». Pourquoi ne fait-on plus confiance à l’artiste en tant que provocateur ?

C’est différent. Parce que je suis dans une situation dingue. A cause de mes origines. Je dois jouer je jeu à 50% pour survivre dans cette industrie, si je ne veux pas être blessée par les corporations qui sont manifestement plus grosses que moi. Quand ils me voient ils sont heureux, ils se disent que je représente enfin un truc d’original à exploiter. Ils bougent leurs pions et vendent plus de Coca-Cola, ça je le sais.


C’est ce que vous entendez dire ou c’est une vue de l’esprit ?

Quand je vais les voir, au départ ils sont intéressés, excités à l’idée de pouvoir faire de l’argent à la fin de la journée. Et d’un autre côté j’ai aussi le gouvernement Sri Lankais qui écrit à mes fans en leurs demandant d’enlever les vidéos me concernant sur Youtube. Des fans qui se font même harceler sur facebook : « Si tu soutiens M.I.A on va t’arrêter pour terrorisme ». Mon but, c’est de ne pas perdre face aux politiques. Ils veulent que je me taise. Maintenant je n’ai plus le luxe de dire merde, de tirer un trait. Si en plus je leur dis d’aller se faire mettre, personne ne va m’écouter. Et c’est le gouvernement Sri Lankais qui va gagner. Ils auront réussi à m’étouffer. Donc j’ai ce double combat à mener, lutter contre le gouvernement et contre les acteurs majeurs de l’économie.


Dit comme ça, cela parait beaucoup pour une seule personne.

Et puis je dois dire non à certaines choses. Comme quand Coca-Cola te propose d’être le nouveau visage de sa marque. Là, tu ne dois pas réfléchir, tu dis juste « Non !» Et au même moment, les gars de Jimmy te demandent de mettre une marque d’écouteurs dans le clip de « Born Free ». Tu fais : « Quoi ? » Je suis confrontée chaque jour à ce genre d’inconvénients. Et en même temps, j’ai des putains de politiques tarés qui essayent de me supprimer sur les moteurs de recherche sous prétexte que je dois la fermer. Ca affecte aussi ma vie personnelle par extension.


Jusqu’à quel point ?

Ma mère n’a pas eu de Visa pour venir voir mon bébé aux Etats-Unis. Et tout ça à cause de quoi ? A cause de ma musique! Quand j’entends les gens dire que ma vie ce n’est que du business, j’ai envie de leur cracher à la gueule. Parce que ma mère ne peut pas voir mon fils. Que lui n’a pas de grand-mère avec qui grandir. C’est assez frustrant pour moi de ne pas avoir ma famille comme partie intégrante de ma vie quand je ne travaille pas. Je crois que certains musiciens qui n’ont pas à se battre contre le gouvernement sri lankais devraient être plus préoccupés par le monde dans lequel ils vivent. Et pourtant, il y en a tellement peu aujourd’hui qui osent dire « Va te faire foutre !»


Cette attitude un peu tapageuse vient-elle de votre jeunesse à Mitcham? Lors de votre première percée artistique, une exposition de tableaux en 2001, vous parliez déjà…

…de la même chose. Je n’ai jamais changé. Je parlais déjà des Tigres Tamouls et de a situation politique au Sri Lanka. Mais à un moment, les mecs commencent à te répéter « Tu ne veux pas avoir du succès ? » Heureusement le nouvel album prend une direction totalement différente et l’idée était de ne pas tomber dans une forme gratuite de mainstream. C’est important pour moi de faire un travail qui puisse entrer dans une œuvre plus globale. Il ne faut pas que ce corps artistique soit dicté par l’industrie musicale. La créativité c’est la cohérence. C’est être capable dans dix ans, avec le recul, de se tourner vers le devoir accompli et de pouvoir dire que c’est encore pur. Mon travail a toujours été celui d’une artiste appréhendant les faits avec empirisme. Ce qu’il s’est passé dans l’année, c’est ce que j’ai ressenti émotionnellement et que j’ai enregistré. Ce n’est pas mon succès avec « Paper Planes» qui alimente mon envie d’écrire des chansons. Non, c’est un ensemble.


Vu que personne ne semble se faire autant remarquer que vous, vous sentez-vous comme investie d’un rôle de porte parole du Tiers Monde ?

Quand j’ai accepté de donner une interview au New York Times, j’ai voulu écrire sur la couverture du journal, un truc en farsi. J’ai dit : «Ok pour un entretien avec ce canard, mais seulement si je peux écrire Fuck le New York Times ». Comme on ne peut pas écrire le terme « Fuck », j’ai demandé alors si je pouvais l’écrire dans une langue différente. J’avais envie de l’écrire dans une langue musulmane. En arabe ou en farsi, ça ne ressemble plus du tout à « Fuck ». Et il y a eu toute une controverse autour de ça. On m’a censurée. Maintenant, ce journal veut draguer le marché du Moyen-Orient. Bref, parfois tu as l’impression d remuer la merde sans faire gaffe au mec qui est assez stupide pour se vexer et te censurer. Je devrais faire plus attention.


Vous parlez de censure. A-t-elle évolué à votre égard ces derniers temps ?

Cela arrive non pas quand les journalistes n’écrivent pas sur toi, mais quand ils écrivent de la merde sur toi genre « M.I.A est une menteuse, elle est bête, elle ne représente rien ». C’est comme ça qu’ils font mal à la jeunesse. A cause de leurs conneries, ils ont décrédibilisés la culture des jeunes. Ils en ont fait des bouffons. Et plus personne ne va défendre quoi que ce soit. A l’arrivée, à cause de ce système mis en place par les médias, tout le monde devient un zombie consumériste.


Avez-vous un exemple de cette censure des médias ?

Oui ! Par exemple, j’ai donné une longue interview pour CNN, sur ce qu’il se passait au Sri Lanka. On devait parler des hôpitaux attaqués, du nombre de morts en recoupant les informations qu’on avait de nos différentes sources. Les infos, quoi ! Et ils m’ont dit que je ne pouvais pas le mentionner, ils ont ensuite réduit l’interview à une seule phrase : « Paper Planes n’est pas une chanson sur le terrorisme ». On avait l’impression que je voulais absolument parler de ma musique aux informations. J’ai eu l’air d’une conne.


En France, il y a eu un débat assez vicelard au sujet de l’identité nationale, où l’on cherchait à définir l’essence même d’être Français. C’était un moyen pour les politiques de stigmatiser les gens qui pouvaient sembler différents et notamment les Musulmans. Selon vous, ce genre de débat est-il amené à se généraliser ?

Cela arrive en Angleterre aussi. Quand je suis rentré, avant de prendre le train de Paris, The Guardian faisait sa une sur le plus gros gang de rue qui existe en Angleterre : L’English Defence League. A la base, c’est un mouvement composé d’extrémistes et de hooligans qui organisent des marches dans les villes anglaises. Ils sont des milliers à se joindre à eux. Chaque jour, il y a des centaines de nouveaux adhérents. Et ces mecs se sont déclarés uniquement anti-Musulman. Ils ont dit qu’ils n’avaient pas de problèmes avec les Noirs et les Chinois, mais seulement avec les Musulmans. C’est dingue que ce truc existe en Angleterre. Pour organiser des réunions pareilles, il faut un financement. Ils doivent recevoir des fonds de quelqu’un. Si c’est le British National Front par contre, ce serait bizarre. Le BNF est anti-tout : homos, Noirs etc. Pour se retrouver avec un groupe qui est seulement anti-Musulman, ça doit venir d’autre part.


Être originaire du Sri Lanka a-t-il était un handicap pour faire carrière dans une industrie Blanche ?

En Angleterre, on me prend pour une Indienne. Aux yeux des Anglais, être Indien représente une sorte de tare sociale, vu qu’ils font tous du R&B ou une espèce de sous hip-hop dégueulasse. C’est un ghetto dans lequel nous nous sommes laissés mettre pour ne pas déranger l’ordre des choses. A l’arrivée, les esprits obtus disent : « Tu ne peux pas venir d’Asie et être créative ». Ils ne considèrent pas tes capacités sur la même échelle que la leur. Je ne peux pas avoir une opinion sur l’art, le graphisme, ou même sur la mode comme eux. Je serai toujours réduite à un seul point de vue : celui de la nana Indienne. Quand je me suis rendue compte de cette situation, ça a été vraiment difficile. Je n’arrivais pas à détruire ce carcan. C’est pour ça que je pense que l’Angleterre c’est de la merde pour quelqu’un comme moi. La stigmatisation automatique. A New York, ça n’existe pas. Notamment parce qu’il n’y a pas d’histoire d’immigration Indienne à laquelle les blancs puissent se raccrocher pour faire passer la soi-disant supériorité de leur culture. Quand je suis arrivée là-bas, c’était plus sur le terrain politique qu’on me reprochait des choses. On n’arrêtait pas de me dire «Ne soit pas si agitée, arrête de te révolter contre tout et son contraire. C’est Obama qui est au pouvoir, c’est cool, on n’a pas vraiment à se plaindre».


Avec la crise économique, certains observateurs prévoient que les prochains leaders mondiaux seront les pays comme la Chine ou l’Inde. Qu’enfin, ces populations ne seraient plus contraintes de quitter leur pays pour le « rêve occidentale ».

C’est vrai. Mais les choses sont en train de changer, parce qu’Obama a déjà modifié la loi en Amérique. Il mise déjà sur le protectionnisme. Normal, les grosses entreprises sont devenues autant d’atouts pendant les campagnes présidentielles. Elles peuvent dorénavant aider financièrement les candidats. Par exemple, si Starbucks Coffee peut filer du blé pour la campagne d’Obama et peut donc le propulser à la tête du pouvoir, lui ou un autre, ça ouvre la voie à des trucs inimaginables. Imaginez, si les mecs ont assez de lobbyistes pour changer la législation… Les relations entre les politiques et les grandes entreprises sont déjà tellement incestueuses. Tout est connecté. De la Chine aux Etats-Unis, de la politique américaine à l’Europe… Et tout ça est en pleine réforme. Je crois que depuis 2001, une nouvelle vague d’idée a fait son apparition en politique. Le problème, c’est que la population ne semble pas encore super concernée. Personne n’y réfléchit vraiment, tu vois. On subit plus qu’on agit.


Le temps de l’information s’est beaucoup accéléré depuis le 11 septembre 2011.

Actuellement, on est encore coincé dans une sorte de brume opaque. On continue de combattre le terrorisme, mais tout est flou. Et derrière cet écran de fumée, il y a des mouvements et tchtchtchtch (geste avec les mains), tu vois ? Le pouvoir s’est encore une fois redistribué, passant d’untel à untel. C’est comme un truc de prestidigitateur. Les modifications sont discrètes, voire invisibles. Et maintenant, les décisions reviennent à de nouvelles éminences grises. On n’a été témoin de rien. C’est difficile de le savoir, d’ailleurs, et de le dire. L’argent est divisé de manière obscur à cause de la crise économique. Quand les traders de Wall Street se sont positionnés comme une putain de bouée de sauvetage, alors qu’ils sont responsables de cette crise, le pouvoir politique a tout écrasé pour que finalement personne ne se fasse virer là-bas. Ce sont les impôts qui ont payé pour la survie des banques, et tu te dis « Quoi? Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » Personne n’a véritablement réagit au Etats-Unis. La population n’est pas descendue dans la rue. C’est encore plu flou. «Ok, je vous laisse ma maison et je deviens pauvre. C’est pas si grave » Comment ça se fait ?


En Europe, il y a la ruine de la Grèce. Les gens commencent vraiment si ce n’est à se révolter, au moins à devenir conscients de leur situation.

On s’est toujours dit ça avec Romain (Gavras, réalisateur du clip « Born Free », ndlr). La Grèce est l’endroit où les gens se réveillent enfin. Le peuple devrait avoir le droit inaliénable de fomenter des émeutes dans ce genre de cas. Tu travailles toute ta vie pour pérenniser un certain modèle socio-économique. Tu te comportes bien. Puis, du jour au lendemain, tu te retrouves coincé dans un modèle hyper conservateur que tu n’as pas choisi. Celui qu’a décidé le Font Monétaire International. Tu ne te rends plus compte de ce que tu as abandonné. Alors quand l’exploitation devient aussi flagrante, la population est censée se mettre en colère. Tu dois te révolter… C’est parce que j’appelle à se mettre en colère qu’ils me censurent.


Oui, enfin, dans vos chansons, on ne peut pas dire que vous appeliez tant que ça à la rébellion…

Oui, je sais. Mais les gens devraient se révolter. Il y a quand même quantité de raisons pour ça, non ? Quand je suis arrivée en Angleterre à la fin des années 80, on pouvait faire des fêtes dans les clubs, et les ados pouvaient descendre trainer dans les rues. Maintenant, l’opinion publique beugle au sujet de la violence, des meurtres par balles. Ils disent qu’on a besoin d’un couvre-feu, qu’on ne peut pas se réunir au-delà d’un certain nombre de jeunes. Ce genre de truc hyper fliqué, pour moi ça ressemble à un film Hollywoodien, tu vois. On a l’impression de vivre dans « Demolition man » ce genre de merde. C’est bizarre qu’en Angleterre les jeunes ne puissent même plus se réunir dehors autour de la musique.


En France aussi on tend vers une société aseptisée. On ne peut plus mettre de capuche.

Normal, ils veulent qu’on soit gentil. Ils disent « Soyez sympas, surtout soyez gentils entre vous, mangez des gâteaux, buvez du café et soyez calmes, puis téléchargez cette série télé et achetez aussi ce téléphone portable». Restez des zombies quoi…


Ce discours énervé, cette image agressive, c’est sans doute bien pour les journalistes, mais avez-vous conscience que cela peut aussi devenir un piège pour vous à long terme ?

Je sais, mais comment faire pour ne pas réagir au premier degré? Et puis, soit dit en passant, on va quand même augmenter tes impôts, on va te niquer en te prenant ton argent. Et puis on va prendre tes gosses et on va les envoyer à la guerre au milieu de nulle part, sans raison apparente. Oh ! Et à propos j’espère que ça ne te dérange pas trop si on tue une ou deux personnes de ta famille… Et les gens ont l’air de trouver ça, disons, acceptable. Depuis que je vis aux Etats-Unis, c’est cette violence que je perçois. Peut-être que je dis des trucs de cinglée, mais c’est mon sentiment. Les pauvres trinquent en premier et en plus on leur demande de rester poli, d’avoir un comportement civilisé…


Quand on décortique le texte de votre chanson « Paper Planes » on le trouve drôle. Plein d’humour noir…

Je ressens forcément le besoin d’avoir un sens de l’humour exacerbé vu que j’arrive à peine à croire à la moitié des merdes qui nous arrivent. Bien sûr que j’ai apprécié la coïncidence qui a fait que « Paper Planes » sorte aux Etats-Unis dans le contexte du crash boursier et de la crise économique. Et tout le monde a passé cette chanson à la radio parce qu’elle représentait pour eux un truc marrant genre : « Ouais, tout ce que je veux c’est prendre ton argent ». Et pendant ce temps, tu regardais les spécialistes répétaient à côté sur les ondes : «On va avoir la récession, c’est le dawa ». Et pendant ce temps tous les mecs de Wall Street sont en train de piquer votre pognon. Madoff se casse avec le pactole. Et ma chanson en parallèle m’a automatiquement fait sourire. Ca m’a fait sourire aussi parce que c’est généralement le genre de choses, quand tu le dis un an avant, tout le monde te regarde, te prend pour une folle et te demande d’arrêter de dire de la merde. Là, c’était juste cool de pouvoir dire : « Je l’avais dit, héhé ! »


Sauf que les médias ont vu derrière « Paper Planes » une chanson sur le terrorisme. A croire que vous vous exprimez mal…

Je sais. Ca m’a déprimée. Une partie de la presse à grand tirage, et même CNN, ne puvait s’empêcher de dire que la chanson parlait de terrorisme. Mais non, tête de bite, « Paper Planes » parle de ton boss qui s’en met plein les fouilles sur ton dos. Elle parle de toi qui a laissé faire, de ton patron qui a laissé la situation s’envenimer et qui n’aide pas les gens alors qu’il devrait les protéger. Avoir de l’humour, c’est aussi un moyen de propager et de rendre la chanson agréable pour les gens qui l’entendent. C’est sympa d’avoir une vision plus marrante de l’histoire.


Diriez-vous qu’en fin de compte, le monde actuel est n bordel monstrueux mais rigolo?

Ah oui. Certainement. Il faut savoir rire après tout.


Par exemple, le krach financier, d’une certaine façon, cela pourrait presque être comique si l’issue n’était pas tragique pour les plus faibles : Bernard Madoff, les états qui préfèrent renflouer les banques d’abord…

Mais oui, je suis d’accord avec vous : la planète sur laquelle nous vivons est avant tout une farce grotesque… Tous les observateurs du monde de la finance savaient que cette crise était inévitable. Et maintenant, les politiques essayent d’effacer la dette avec plus de dettes…


Ce qui équivaut à mettre de l’huile sur le feu. C’est du cynisme.

Georges Bush devait probablement être le plus grand comédien qu’on ait jamais eu. Parfois cela en devenait presque fascinant, sa capacité au mensonge, ses gaffes, sa vie, tout.


Le sketch du bretzel était bien…

Tout ce que disait Georges W. Bush était assez drôle. Parfois quand on écoute même des discours du gouvernement sri lankais, je trouve ça amusant. Bon, cela me fait enrager sur certains points, mais au final je rigole. Exactement comme quand je vois un épisode de « South Park ». Ce gouvernement ressemble au personnage de la série. C’est impossible de rendre compte exactement d’à quel point ces mecs sont barrés. Ils ont atteint un putain de niveau de déconnexion avec le réel. C’est tragiquement drôle. Ca rejoint un peu le morceau que j’ai fait avec Sleigh Bells qui s’appelle maintenant « Meds & Feds », mais qui s’appelait avant « What You’re Gonna Do When You’re Bored ». Tu peux réduire toute l’Amérique à ces 2 mots : des médicaments et des fédéraux. Je suis sérieuse. En Californie, tout le monde est comme ça. C’est la culture de la drogue. Et d’autre part, la population qui consomme des médicaments se fait allumer par les fédéraux. Pas que es flics mais aussi la Reserve Fédérale, la banque centrale américaine, quoi ! L’état de la planète peut se résumer à ça : tout le monde est sous sédatif, financier et médical. Et tout le monde se fait voler. C’est ce que je ressens. Bon, maintenant, c’est certain, ils vont me virer du pays.


Ne pensez-vous pas que vous pourriez gommer votre image publique en étant plus subtile?

Récemment j’ai essayé d’acheter la photo de la jeune fille qui s’est faite exploser dans le métro à Moscou. Cette image a vraiment un côté iconique. C’est une des photo qui m’a le plus boulverseé. Ca représente l’amour, puisqu’elle montre un couple qui a l’air d’être amoureux. C’est aussi une photo qui montre la haine. Jamais je n’ai entendu quoi que ce soit parlant de ce qui a pu pousser ces jeunes filles à agir ainsi. Qu’est-ce qui fait que vous devenez «un combattant »? J’attends toujours des explications sur leur passé. Pourquoi en sont-elles arrivées à cette extrémité? Parce que leur mère est morte? Personnellement je n’ai jamais entendu ce genre d’histoire. A cause de cette absence d’information, tu en viens à penser que cette terroriste s’est levée un jour en disant : « Je vais détruire cette station de métro ». Ce n’est pas bon pour les gens. Non pas que tu doives soutenir qui que ce soit. Mais tu dois adopter une position qui te permette d’avoir l’intégralité de l’histoire. Des deux côté. Depuis le début. Les détails aussi. Tu n’as jamais d’information concernant même l’origine des guerres. On ne veut pas t’exposer les enjeux d’un conflit ou d’un attentat dans leur globalité.


Si vous aviez acheté cette photo et l’aviez exposé dans votre disque, franchement, cela aurait-il servi à quoi que ce soit ?

Peut-être que ce la aurait aidé certaines personnes à se débarrasser de leurs préjugés. C’est pour ça que je voulais acheter la photo et la mettre dans mon album. Pour que ça choque. Que les gens trouvent ça malsain de voir des assassins dans l’album. Pour moi, cette photo représente quelque chose de plus compliqué que ça, mais bon. Je n’ai pas acheté la photo. Elle était trop chère. Je n’y ai pas cru qu’on m’a dit qu’elle me coûterait entre 30000 et 50000 dollars. Pourtant c’était le prix. Et puis les bénéfices auraient seulement été dans la poche du photographe et de son agence. Je ne vois pas l’intérêt de filer mon fric à ces mecs.


Vous avez participé à la bande originale de « Slumdog Millionnaire », le film a gagné un Oscar et puis rien n’a changé dans les bidonvilles de Mubai. On donne un prix à Danny Boyle et on l’oublie ?

Je crois que les jeunes doivent se prendre en main et changer leur manière d’agir sur le terrain. Je trouve ça assez frustrant pour les gens qui veulent vraiment aider. Parce qu’on va leur dire que ça ne sert à rien, qu’ils ne pourront rien changer. Qu’il faut d’abord une action gouvernementale. Que l’état doit donc recevoir une aide financière pour pouvoir agir. Ensuite il faut se diriger vers les associations de logement qui évaluent le terrain puis les gens des bâtiments et travaux publics pour définir les budgets, puis on repart vers le gouvernement pour valider les budgets. En tout ça prend 6 ans pour se décider et encore plus de temps pour dégager les fonds nécessaires. C’est long. Le changement est toujours trop long. On devait plutôt s’inspirer des militaires, eux, ils sont organisés. Il ne faut pas des années pour qu’un missile à tête nucléaire passe de la Chine au Pakistan et du Pakistan en Iran…


Pourquoi y a-t-il si peu d’artistes engagés aujourd’hui ? Pourquoi les musiciens ont-ils déserté le champ des problèmes politiques ou de société ?

Probablement parce que quelqu’un est venu nous dire de ne pas le faire. Et qu’on a oublié de se dire : « Mais putain t’es qui pour nous le dire ? Tu soirs d’où ? » Je crois que j’ai toujours vécu, notamment en Angleterre, avec cette idée selon laquelle parler politique n’était pas quelque chose de cool. Certaines personnes que je fréquentais me le répétaient. Ils étaient tellement relou que j’ai enlevé tous leurs numéros de mon répertoire. Et j’ai continué à faire ce que je voulais faire. Et ils continuaient à rouler des yeux. Quasiment aucun artiste mondialement connu ne cherche aujourd’hui à provoquer le débat, les goupes indie je n’en parle même pas. Ce sont des lâches.


Un discours en vogue parmi les groupes aujourd’hui c’est de dire que les années 50 et 60, c’était mieux. Trouvez-vous le monde de la musique un peu réactionnaire ou bêtement nostalgique d’un âge d’or qu’elle n’a pas connu?

Le pire dans tout ça c’et que les artistes pop d’aujourd’hui ne peuvent pas se justifier de leur manque d’engagement en pleurant que c’est à cause du fric. De toute façon, quoi qu’ils fassent, ils n’en n’auront pas. Ce serait le putain de moment pour se mettre en avant et dénoncer un truc qui ne va pas. Une dernière fois : dans l’industrie du disque, il n’y a pas de fric !


Vous sentez-vous en porte-à-faux avec votre génération ?

Oui. Il y a ce souci de la génération « free hugs », cette fixation sur les câlins. La priorité donnée à l’amour. Je n’ai pas envie de tomber dans ce panneau. On ne vit plus dans les années 60. C’est fini, les hippies et toutes ces merdes! Il est toujours noble d’essayer de diffuser une forme d’optimisme et de positivité, mais parfois ça ne fonctionne pas. Chacun peut évoluer dans cette atmosphère d’euphorie - je comprends très bien - mais c’est une sensibilité qui appartient à la sphère personnelle. Ca ne devrait pas t’empêcher d’être engagé et réactif par ailleurs. De trouver certains évènements révoltants.


On va finir avec des choses qui fâchent : notamment cette distorsion entre votre image révoltée et le fait que vous soyez plus que présente dans le monde de l’entertainment et de la mode. Ca nous parait incompatible.

Oui, oui, je sais… Par exemple, imaginons que je me reveille et que je doiven penser à la réponse que je vais donner à la marque Red Bull au moment où ils m’appelleront pour me demander une chanson. Au même moment, je dois aussi évaluer en quoi cela peut être cool de faire un truc pour Puma. Même si Puma peut faire certaines choses en Afrique, il ne faut pas se le cacher. Quelle est ma position dans tout ça ? Est-ce facile de trancher? Ma vie est souvent basée sur cette notion de compromis.


Désolé d’être naïf, mais en quoi collaborer avec une marque peut être un acte politique? On a du mal à piger.

Bon, je vais vous donner un exemple. Récemment j’ai été invitée à me produire sur scène pendant d’une « fashion party ». Je préviens le mec qui organise, et toutes les maisons de mode représentés à cette fête. Mon message était clair : « Arrêtez de sous-traiter la confection de vos marchandises au Sri Lanka ! » Le Conseil Européen avait donné une sorte d’exonération fiscale pour que le Sri Lanka devienne l’endroit le moins cher dans lequel ouvrir des manufactures. Et maintenant, ils vont supprimer ce statut spécifique. Donc au lieu de parler au gouvernement de ce problème qui me concerne, je suis allée voir les marques. Je leur ai expliqué clairement que j’étais prête à me vendre, à me prostituer, à la condition qu’ils arrêtent d’exploiter les conditions de production au Sri Lanka. Sauf que le truc ne s’est pas bien passé.


C'est-à-dire ?

Donc je fais mon show, et les responsables sont tous devenus fous. Tout ça à cause de mes visuels. Ils ont pété les câbles parce que j’avais un imprimé en feuilles de marijuana, que j’avais des images de flingues. Mais putain, j’ai ce genre d’images depuis le PREMIER jour! Tu m’as acheté pour que je fasse un show, tu savais à quoi t’attendre, merde ! De toute façon, on s’engueulait déjà deux heures avant le concert, au milieu d’un putain de vacarme ahurissant et de la paperasse dans la confusion totale. Et j’ai chanté « Paper Planes » qui dit clairement « Nous avons des armes, des bâtons et des pierres ». A la fin je me suis calmée. Je chante, on ne montre pas les images, tant pis, je prends juste l’argent. Après, il faudrait faire quoi? Acheter un immense espace publicitaire, un panneau en face du parlement et mettre un gros « FUCK OFF » dessus ? Quand tu dis oui à des trucs publicitaires dégradants, le seul moyen de ne pas perdre la face c’est de foutre le souk. Je ne vais pas être gentille et passer avec ma pétition en implorant les mecs de ne pas avoir de chaines de production au Sri Lanka parce que ça c’est le système hippie. Moi mon système c’est : Je vous aime, je prends vos thunes et après je vous emmerde.

Au micro : Jean-Vic Chapus et Alexis Ferenczi

Iceberg
Iceberg
Modérateur
Modérateur

Masculin
Messages : 5492
Age : 26
Localisation : Paris
Réputation : 33
Points : 7091
Date d'inscription : 04/11/2008

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Iceberg le 30/04/11, 06:57 pm

J'avais acheté le magazine exprès :lol:
J'adore l'interview !
Iceberg
Iceberg
Modérateur
Modérateur

Masculin
Messages : 5492
Age : 26
Localisation : Paris
Réputation : 33
Points : 7091
Date d'inscription : 04/11/2008

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Iceberg le 24/05/11, 03:46 pm

Youss, c'est pas toi qui a une maison au Maroc ? Parce que M.I.A cherche sur Twitter quelqu'un chez qui loger au Maroc pendant quelques jours :MDR!:
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 24/05/11, 04:03 pm

OF COURSE! Elle est la bienvenue. WOW
Iceberg
Iceberg
Modérateur
Modérateur

Masculin
Messages : 5492
Age : 26
Localisation : Paris
Réputation : 33
Points : 7091
Date d'inscription : 04/11/2008

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Iceberg le 26/05/11, 08:18 pm

Je viens enfin de découvrir, presque 1 an après sa sortie, le site consacré au troisième album de M.I.A.
Oui parce qu'avec M.I.A faut un peu se débrouiller tout seul pour avoir des renseignements :lol:

A chaque fois elle nous renvoie sur son site http://www.miauk.com/ mais il y a que la vidéo de Born Free.
Or comme je savais que pour Kala son second album le site c'était : http://www.miauk.com/kala . Je me suis dit pourquoi pas remplacer kala par maya ? Et ça marche ! :cheers:

http://www.miauk.com/maya/

J'ai trouvé le site caché ! :MDR!:

J'adore le concept ! Elle propose de télécharger gratuitement (comme souvent avec elle) des acapellas du dernier album. Les trois proposés sont géniaux mais celui de XXXO est carrément incroyable !
Et ça m'arrange parce qu'elle va bientôt rouvrir sa boutique en ligne, comme ça j'vais enfin pouvoir acheter tous les magnifiques t shirts qu'elle crée. Celui du concert, commence à souffrir des multiples fois où je l'ai mis :LOVER:
Alycat
Alycat
Admin
Admin

Féminin
Messages : 9258
Age : 29
Réputation : 91
Points : 12172
Date d'inscription : 24/01/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Alycat le 26/05/11, 08:45 pm

:MDR!: 1 an ? Honey i'm sorry !

J'adore le site et j'ai hate d'avoir l'accapella d'XXXO ma préférée du dernier album. En même temps c'est la plus commerciale lol
Alycat
Alycat
Admin
Admin

Féminin
Messages : 9258
Age : 29
Réputation : 91
Points : 12172
Date d'inscription : 24/01/2009

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Alycat le 26/05/11, 08:53 pm

J'aime beaucoup !
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 26/05/11, 09:10 pm

Le site est génial mais si mon ordi buguerait pas sa serait mieux!
Un a capella sur Born Free ...:suspect: ! Weird !
avatar
Invité
Invité

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Invité le 01/06/11, 03:09 pm


:MUSIC*:

Contenu sponsorisé

M.I.A - Nouvel album en préparation - Page 9 Empty Re: M.I.A - Nouvel album en préparation

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est 14/12/19, 04:00 pm